Les étudiants de l’ EDSEG envisagent de porter plainte contre le recteur de l’université d’État d’Haïti et la faculté de droit et des sciences économiques des Gonaïves s’ils ne parviennent pas à un accord

by Mapou News Haiti
30 views
Img 4081

La détresse, la mélancolie, les remords sont quelques-uns des termes qui caractérisent la tragédie vécue par les étudiants de la Faculté de droit et des sciences économiques des Gonaïves depuis plus de 8 ans. Ces étudiants, abandonnés sans défense, appellent à une assistance urgente face à la situation désastreuse qu’ils endurent.

Le rassemblement des étudiants de l’EDSEG (RE-EDSEG) est un groupe d’étudiants qui envisagent de porter plainte contre le recteur de l’université d’État d’Haïti et la faculté de droit et des sciences économiques des Gonaïves s’ils ne parviennent pas à un accord.

Ces étudiants blâment les responsables pour des problèmes économiques, sentimentaux et politiques qui sont à l’origine de leurs souffrances actuelles.

Hervé Saintilus, coordonateur du mouvement RE-EDSEG, appelle tous les étudiants indignés par ces problèmes ainsi que les parents et citoyens concernés à se mobiliser pour trouver une solution à ce dilemme, faute de quoi des actions seront prises.

Trop d’étudiants malheureux sont pris pour cibles, trop d’étudiants endurent des souffrances infligées par une bande d’individus sans scrupules, alors que leurs propres enfants étudient à l’étranger. La faculté est pervertie en une entreprise où chacun cherche à s’enrichir.

Le coordonateur dénonce le cas des étudiants qui acquittent correctement leurs frais de scolarité mais, selon le responsable du doyen, ne voient pas leur nom dans le système au moment de recevoir leurs relevés de notes.

Pour lui, c’est l’un des plus graves abus envers les étudiants après avoir payé leurs sessions ils ne voient jamais leurs reçus validés, ce qui permet à l’institution de tirer un autre profit des étudiants ayant besoin de leurs relevés de notes, une situation qu’il juge inacceptable.

Léonel Louis-Jacques, porte-parole de ce mouvement, souligne la nécessité d’amplifier les voix pour faire entendre le message d’où l’importance de la participation des étudiants victimes au mouvement RE-EDSEG.

Les droits des étudiants continuent d’être bafoués, leur souffrance persiste. Aujourd’hui, j’en appelle aux autorités pour qu’elles prennent conscience de la détresse des étudiants qui n’ont pas achevé leurs études depuis plus de 8 ans. Ils ne peuvent pas obtenir leur diplôme, c’est le constat du président du cabinet ADVOCATUS LAW FIRM, Me Arnel Rémy, qui soutient les étudiants dans leur lutte.

Publié par Ruthza Louis journaliste multimédia🎤🎤

Voir Aussi